Nudité dans le christianisme

Dans le christianisme, l'histoire de Jésus joue un rôle décisif, et son destin a façonné une autre image de la nudité. L'histoire de saint François d'Assise contient une signification de la nudité que l'on retrouve également dans d'autres cultures.
La nudité comme humiliation. La nudité de Jésus
La flagellation de Jésus (autel de Warendorf). Source: wikimedia commons<br> 
en tant que supplicié et flagellé représente la nudité comme punition et signe d'une profonde humiliation, qui s'est perpétuée jusqu'au pilori médiéval, comme les méthodes d'interrogatoire actuelles dans des conditions de torture ou les poses de vainqueurs de soldats brutalisés avec des adversaires capturés ou tués.

La nudité de Jésus en tant que crucifié symbolise la poursuite et l'intensification de l'humiliation jusqu'à la mort. Dans l'histoire, des mises à mort de toutes sortes - crucifixions, décapitations, exécutions, etc. - des pratiques documentées au cours desquelles les délinquants devaient se déshabiller avant de mourir, afin d'aller vers leur fin dans la plus grande honte.
Nacktheit als Askese. La nudité
François sur la place du marché d'Assise - rend les vêtements à son père. Source: wikimedia commons<br> 
de saint François comme symbole du renoncement à tous les biens terrestres et de l'orientation totale vers Dieu. Au cours d'un procès sur la place du marché d'Assise, François a renié son père, un riche marchand, a retiré ses vêtements et les a rendus à son père.

Cette vision de la nudité est une émanation de la nudité ascétique, développée des siècles auparavant dans le jaïnisme et le bouddhisme, et pratiquée dans l'Antiquité classique dans le mode de vie nu de philosophes comme Diogène, dont s'inspirèrent à leur tour de nombreux ermites et moines jusqu'au Moyen Âge.

Éthique sociale catholique

La nudité comme éloge de la création divine
Karol Wojtyla (1920-2005),
Karol Wojtyla en tant qu'évêque en Pologne. Source: wikimedia commons<br> 
connu plus tard sous le nom de pape Jean-Paul II, a enseigné l'éthique à l'université catholique de Lublin (KUL) de 1953 jusqu'à sa nomination comme pape en 1978. Dans ses études, il tombe entre autres sur la réinterprétation de l'éthique sociale catholique de Jacques Maritain, dont l'interprétation moderne mentionne également la justification éthique de la démocratie : La démocratie est la forme moderne de gouvernement,
Liebe und Verantwortung [Amour et responsabilité]<br> 
qui respecte le plus la dignité humaine. Depuis 1954, Wojtyla enseignait également la théologie morale et l'éthique sociale à l'université de Cracovie.
C'est de cette époque que date le livre de Karol Wojtyla "Amour et responsabilité", considéré aujourd'hui comme un ouvrage fondamental de l'éthique sociale catholique.
Dans ce livre, il est formulé à propos de la nudité humaine : "Parce que Dieu l'a créé, le corps humain peut rester nu et découvert, conservant intact son éclat et sa beauté". Le corps humain nu peut donc être considéré comme une forme de louange de la création divine. Plus loin, on peut lire : "La nudité en tant que telle ne doit pas être assimilée à l'impudeur physique". L'éthique sociale catholique ne considère donc pas la nudité en tant que telle comme une atteinte à la pudeur, ce n'est qu'à travers des activités concomitantes, touchant à la pudeur, que la nudité peut devenir une manifestation concomitante d'un acte impudique.
Une autre citation du livre distingue la nudité de l'indécence : "Il n'y a indécence que lorsque la nudité joue un rôle négatif par rapport à la valeur d'une personne". Ici aussi, la nudité en soi n'est pas jugée indécente, elle est donc considérée comme décente. Le manque de décence n'est déploré que lorsque la nudité est utilisée comme moyen de dévalorisation ou d'humiliation, par exemple en cas de torture. L'éthique sociale catholique montre donc une attitude très ouverte vis-à-vis de la nudité, très proche du naturisme.

L'Islam

Mounir, un musulman de France, a envoyé il y a quelque temps à natury une liste de versets coraniques concernant les vêtements : 7:20, 7:22, 7:26-27, 7:31, 20:118-119, 20:121, 24:31, 24:58, 33:59. Il était, écrivait-il, sceptique quant au fait qu'un musulman puisse (ou ait le droit) d'être naturiste, et demandait à natury ce qu'on en pensait ici.
Le Coran contient quelques versets sur le port de vêtements. C'est pourquoi il est souvent affirmé que la nudité est interdite dans l'islam, voire qu'elle est déclarée comme un péché.
Or, il se trouve que l'interprétation du Coran est une science en soi. L'"exégèse du Coran" est considérée depuis des siècles comme une discipline scientifique exigeante. Katajun Amirpur, spécialiste de l'islam à Cologne, écrit à ce sujet dans l'hebdomadaire DIE ZEIT :
"Même l'exégèse islamique traditionnelle
Koran | Qur ân<br> 
présuppose un lien entre la révélation et l'histoire et insiste sur la nécessité de soumettre même les versets apparemment clairs à une interprétation linguistique et historique détaillée, plutôt que de les prendre simplement au pied de la lettre. Cette démarche est toutefois peu perçue sous nos latitudes. Le procédé qui consiste à piocher des versets isolés dans le Coran pour étayer le plus souvent ses propres thèses préconçues, comme le pratiquent aujourd'hui aussi bien les critiques de l'islam que les fondamentalistes, et qui les rassemble ainsi en une alliance involontaire, est grotesque du point de vue de la théologie islamique, et plus encore : c'est un signe d'ignorance totale. Le Coran n'est pas une carrière de pierres."
On ne peut donc pas choisir une seule citation (de verset) et interpréter la formulation qu'elle contient comme étant valable de manière générale - souvent, les sourates du Coran se rapportent à des situations historiques précises (par exemple la sourate 48 (al-Fath = Le succès), qui a été écrite pendant une situation de guerre entre Médine et La Mecque) et leur formulation n'est justement pas valable de manière générale en soi, mais en fonction du contexte.
De même, de nombreux versets coraniques ne doivent être considérés qu'en relation avec d'autres versets afin de parvenir à des interprétations correctes.
Cela ne facilite pas l'interprétation des déclarations coraniques sur les vêtements pour natury (et d'autres profanes). En effet, en raison de l'absence de travail scientifique de base, nous ne pouvons pas répondre à l'exigence d'une analyse coranique fondée. Nous en sommes conscients et le signalons expressément.
Le verset 7:26 dit : "Ô enfants d'Adam, Nous avons fait descendre sur vous des vêtements pour couvrir votre nudité, et des vêtements d'apparat ; mais le vêtement de la piété est meilleur.".
Les vêtements destinés à couvrir la nudité sont donc approuvés, mais si l'on ne couvre pas sa nudité, mais que l'on est empreint de crainte de Dieu - alors on est mieux vêtu qu'avec n'importe quel autre vêtement. Celui qui craint Dieu peut donc rester nu.
Voilà pour l'interprétation isolée de ce seul verset, pour lequel il n'existe pas, à notre connaissance, d'autre verset coranique avec une thématique apparentée. Le verset 7:26 semble ouvrir à tout musulman la voie du naturisme - même avec la nudité publique - à condition d'être profondément croyant. Il est difficile de décider si cela vaut également pour les femmes. Certes, selon le Coran, l'homme et la femme sont égaux en droits, mais d'un autre côté, l'homme et la femme sont soumis à des règles tout à fait différentes. En raison de la complexité de l'art d'interpréter l'islam, nous laissons cette question - ainsi que les déclarations sur d'autres questions - aux spécialistes de l'islam.
Même parmi les musulmans, il y a des personnes qui ont compris que la nudité n'est pas un péché dans l'islam. Les contributions de Farhat Othman sur le web contiennent à ce sujet des traités détaillés (langue : français), mais aussi de nombreuses réponses ou commentaires - souvent contradictoires :

Continuer: