A la recherche du temps perdu (d'après Marcel Proust *1871 †1922) [29.06.22]

Non, il ne s'agit pas ici d'une histoire sans fin (ou en 7 volumes) de souvenirs, mais de l'hommage rendu au "chêne sessile" presque cinq fois centenaire de la forêt d'Arnsberg. Personne ne se souvient de la jeunesse de cet arbre, et d'après ce que nous savons, l'arbre lui-même non plus. Pourtant, il se trouve au début de notre petite randonnée à travers la forêt d'Arnsberg, et il suscite l'admiration à chaque fois que nous retrouvons son emplacement dans la forêt.: « Chaque être se décompose lorsque nous ne le voyons plus. La prochaine fois qu'il réapparaîtra devant nous, il s'agira en quelque sorte d'une nouvelle création. » 1)
1/8 Le chêne sessile a été élu 'arbre de l'année' en 2014. Ce spécimen a entre 400 et 500 ans
1/8 Entre 400 et 500 ans 2/8 Un randonneur dans la forêt d'Arnsberg
« Le temps perdu peut être compris de deux manières : comme du temps qui semble avoir été gaspillé ou comme du temps qui s'est irrémédiablement écoulé. » 3) Le chêne n'a certainement pas perdu son temps : aujourd'hui encore, il absorbe le CO2 de l'air par le biais de son feuillage, en fait des nutriments et rejette l'oxygène libéré dans l'air - et ce depuis plusieurs centaines d'années. Puisse-t-elle continuer à le faire encore longtemps ! Mais on voit bien que le chêne a vieilli en travaillant pour le bon air. « Que tout soit soumis au temps, c'est certainement la condition de la réalité à laquelle Proust était le plus sensible. » 2)
3/8 Les sentiers étroits dans la forêt n'étaient parfois reconnaissables qu'aux feuilles mortes.
3/8 Sentiers étroits dans la forêt 4/8 Pour rendre le chemin en pente résistant aux chutes, il a fallu plus qu'une simple sortie de sentier 5/8 Ici, le sentier passe entre des arbres de haute futaie.
En recherchant mon propre passé, je suis tombé sur ↗ une randonnée dans le Taunus avec Luftikus en 2008, au cours de laquelle j'ai eu du mal à suivre un compagnon de randonnée âgé de 79 ans à l'époque. Cette situation me semble d'autant plus surprenante aujourd'hui qu'au cours des années Covid, j'ai pris conscience que des parcours plus courts et moins exigeants étaient plus adaptés à ma condition physique. Et je ne suis pas le seul : il y a quelques semaines, j'ai reçu un appel à l'aide par e-mail: « Toutes les activités proposées sont trop exigeantes pour moi. » natury parle certes de "promenades nues (3 à 10 km)" de manière un peu désobligeante sous la rubrique Questions et réponses, mais la demande est là.
6/8 Lorsqu'une fleur s'étend en travers du sentier, le randonneur fait un pas de côté.
6/8 Ne pas s'aplatir, s'écarter!
A la recherche d'un itinéraire de randonnée adapté aux seniors, je me suis mis en quête d'une route de 9 km qui tienne compte de la condition physique des randonneurs en fonction de leur âge, notamment en ce qui concerne le dénivelé : Un dénivelé cumulé de 200 m ne devrait pas être trop dissuasif dans les montagnes du Sauerland, mais peut tout de même constituer un obstacle infranchissable. Il faut donc essayer ! Un tronçon de chemin de seulement 200 m de long, avec un dénivelé de 50 m, s'est avéré être un certain défi. En guise de récompense, une cabane avec un banc et une table invitait à faire une pause.
Il n'a pas fallu chercher bien loin le "temps perdu de la forêt allemande" : A plusieurs reprises, de vastes surfaces se sont ouvertes, témoignant, par les souches et les branches qui traînaient, de l'ancienne monoculture d'épicéas qui, pendant quelques décennies, a permis aux forestiers de réaliser des bénéfices rapides en raison de la croissance rapide et rectiligne du bois, mais qui, entre-temps, a provoqué l'effondrement de l'industrie du bois en de nombreux endroits en raison de la propagation des scolytes (généralement du type typographe), favorisée par la sécheresse et le réchauffement. Certains des forestiers concernés ont appris et se sont lancés dans la replantation d'une forêt mixte résistante, telle qu'elle était traditionnelle et typique des forêts en Allemagne. Ils suivent ainsi l'exemple de la forêt de Karl Tempel, que nous avons aidé à obtenir gain de cause en 2019 en soutenant sa pétition contre l'utilisation de poisons dans la forêt du Brandebourg - et qui apprécie entre autres le chêne sessile comme un arbre bien adapté à l'avenir climatique.
7/8 La vue sur la vallée passe par une surface défrichée où se trouvait encore récemment une monoculture.
7/8 Les lacunes de défrichage d'urgence en forêt sont nombreuses 8/8 Le Hopfenberg est également dénudé. Les souches d'arbres et les restes de branches qui traînent dominent le paysage.
L'avenir nous dira si, face à l'avancée du changement climatique, la "forêt mixte allemande" pourra perdurer. L'idée de Proust du dernier volume "Le temps retrouvé" reste en tout cas un rêve irréalisable : « Proust trouve alors dans l'œuvre d'art le moyen de retrouver à jamais le temps perdu. » 2) Même si l'art conserve de manière très claire les témoins d'un temps perdu dans des images, des textes et d'autres formes, ils restent une conserve et ne peuvent qu'aider à fournir une illustration au souvenir. On ne peut certainement pas "retrouver", c'est-à-dire récupérer, le temps passé et perdu à partir d'œuvres d'art.
1) Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, Suhrkamp 1964
2) Martin Walser, Expériences et apprentissages de la lecture, Suhrkamp 1965, Expériences de lecture avec Marcel Proust
3)  de.wikipedia.org

Randonnée dans la région de l'Ahreifel [27.06.22]

La région de l'Ahr sera à nouveau un lieu de randonnée fréquent en 2022. Le dernier dimanche de juin, le paysage varié de forêts et de prairies dans les environs de Herschbach était la destination d'un groupe de randonneurs naturistes. Les turbulences météorologiques du mois de juin ont fait une pause ce jour-là, et les randonneurs nus ont ainsi pu profiter à plusieurs reprises d'une vue étendue sur les douces courbes de la région montagneuse, par une température de 21° et une nébulosité changeante.
Giorgaki devant le doux paysage des montagnes de l'Eifel
Le doux paysage montagneux de l'Eifel

Randonnée du lundi de Pentecôte dans la forêt du Palatinat [27.06.22]

Aujourd'hui, les randonneurs escaladent le rocher de base du château de Falkestein. Dans quelques centaines d'années, nos descendants admireront les blocs de béton armé effrités qui supportent aujourd'hui nos pylônes électriques : « Ce qu'ils savaient faire à l'époque... »
Giorgaki sur le rocher de base du Falkestein
La traditionnelle randonnée du lundi de Pentecôte dans la forêt du Palatinat s'est déroulée - après une bonne averse au début de la randonnée - par un temps stable pour les randonnées : Alors que le dimanche, il y avait encore 20 mm de précipitations par m², le lundi, il y avait 5 heures de soleil et des températures diurnes allant jusqu'à 22°. Le parcours d'un peu plus de 13 km offrait aux randonneurs nus des points de vue, de très beaux sentiers, des formations rocheuses impressionnantes, des éléments historiques datant de l'époque celte ainsi que les ruines d'un château fort situé sur un rocher avec une vue étendue jusqu'à la plaine du Rhin.

 

Liste des rapports avec possibilité de recherche, de tri et de sélection (lien)