16: Ems, canal, champs d'épandage et montagnes de Bockholt [31.08.22]

Un temps ensoleillé et chaud était annoncé pour le mardi 16.8.22, le temps de s'inscrire enfin à une randonnée à vélo dans le cadre de la WNT. La Westfalenbahn nous a confortablement amenés, mon vélo et moi, à Greven, et les quelque 8 km qui séparent cette ville du parking "Fuestrup" (Bockholter Berge) ont été parcourus en une demi-heure. Après s'être débarrassés de tous leurs vêtements, 10 hommes et 1 femme ont disparu sur le parcours de randonnée, et 11 hommes se sont lancés sur le parcours de vélo.
1/36 Faire du vélo le long du canal Dortmund-Ems
1/36 Faire du vélo le long du canal Dortmund-Ems
Oui, c'était un cyclisme nu totalement détendu à l'abri du groupe ! La transpiration a pu s'évaporer, les rencontres avec d'autres cyclistes, des piétons ou des automobilistes se sont déroulées en toute insouciance.
C'était un sentiment merveilleux d'engager la conversation avec l'un ou l'autre participant et de se rendre compte que tu es là, que tu fais partie de la communauté naturiste !
2/36 Un arrêt aux sculptures
2/36 Un arrêt aux sculptures
La première pause a eu lieu dans l'atelier d'un artisan, puis dans un champ de chaume, sur un chemin forestier, sur la tour d'observation des "Rieselfeldern" et, pour finir, au bord du canal Dortmund-Ems, avec une baignade rafraîchissante dans l'air qui, à la fin, s'était déjà réchauffé jusqu'à une bonne trentaine de degrés.
Un joggeur passant par le chemin, torse nu tout de même, a trouvé notre nudité enviable. Pour moi, cette expérience a été tellement gratifiante que j'ai pris congé des autres avec un "au revoir" chaleureux et sérieux. – Geerd

Et c'est ce qui est arrivé aux randonneurs

La randonnée s'est déroulée en deux parties : Dans la première partie, nous avons parcouru 10 km à travers les montagnes boisées de Bockholt jusqu'au village de Bockholt et plus loin dans les plaines alluviales de l'Ems. Un pont pour piétons et cyclistes nous a conduits à notre première pause, avec un point de baignade dans l'Ems et suffisamment de places à l'ombre et au soleil. Nous avons ensuite continué à marcher à travers le village jusqu'à la périphérie de Gimbte et de là, nous sommes revenus à un pont sur l'Ems également praticable pour les véhicules. Des escaliers pour bateaux permettaient d'accéder encore plus facilement à l'Ems pour la prochaine baignade rafraîchissante.
3/36 Un sentier dans la forêt
3/36 Un sentier dans la forêt 4/36 Il y a un champignon qui se tient là 5/36 Et il y en a un autre 6/36 J'ai cru que je n'en trouverais pas aujourd'hui.
7/36 Même un chardon a besoin de protection pour pouvoir pousser
7/36 Même un chardon a besoin de protection 8/36 Une chaise de pause pour les randonneurs fatigués
Nous avons continué à marcher à travers les montagnes boisées de Bockholt, traversé des landes, vu un chantier au milieu de la forêt dont le but est de restaurer d'autres landes, et sommes revenus au parking de départ et d'arrivée.
9/36 Rassemblement sur le pont
9/36 Rassemblement sur le pont 10/36 Les taches claires comme signe distinctif infaillible : Une couleuvre à collier
Nous avions pris notre temps, profitant de chaque ombre pour attendre que tout le monde soit réuni. La plupart d'entre eux en étaient satisfaits et heureux. Après une nouvelle pause, nous sommes partis à quatre pour la deuxième partie, avons traversé le marais boisé et ombragé de Boltenmoor et avons atteint le canal Dortmund-Ems en face de l'aire de stationnement pour camping-cars du port de plaisance. Nous avons continué à l'ombre le long du canal, y avons fait une pause baignade et sommes revenus à l'ombre le long de la Telgter Straße. Cette deuxième randonnée était également prévue sur 10 km. Nous l'avons raccourcie à 4 km entièrement à l'ombre, tout en atteignant notre objectif de nous rafraîchir et de nous laver de la sueur grâce à la pause baignade.
Au parking, séchés par l'air chaud, nous étions dans des conditions optimales pour remettre les vêtements inévitables pour la visite du restaurant. Les rencontres ont toutes été amicales, les gens ont manifesté à plusieurs reprises leur joie face à notre façon naturiste de randonner. – Rainer

17: Les plaines alluviales de l'Ems entre Warendorf et Te‍lgte [31.08.22]

Le 17 août, les nudistes ont à nouveau pu choisir de pédaler ou de se promener par 24° à 26°. Nous nous sommes retrouvés sur un parking au sud de l'Ems, près de la périphérie d'Einen, entre Warendorf et Te‍lgte.
Les cyclistes et randonneurs nus ont traversé le pont de l'Ems entre Müssingen et Einen et, à la périphérie de Einen, ont pris un sentier le long de l'Ems en direction de Te‍lgte. Après environ 1 km, les cyclistes nus ont bifurqué vers le nord, les piétons ont continué à marcher et sont bientôt arrivés à l'entrée du parcours de natation.
Heinz et moi avons confié nos affaires à d'autres randonneurs, nous sommes descendus dans l'Ems et avons eu plus de mal que d'habitude à progresser en raison du courant quasi inexistant. L'eau était parfois si peu profonde que nous avancions plus vite à pied qu'à la nage, parfois si profonde qu'il était impossible de se tenir debout. Dans cette zone, l'Ems a été libérée de son lit corseté il y a quelques années. Ce dernier est apparu lorsque le plus court fleuve d'Allemagne a été raccourci de près de la moitié de sa longueur dans les années 1930 en coupant de nombreux méandres. Ici, l'Ems peut à nouveau méandrer, transporter du sable et modifier lentement le paysage. Les rives qui étaient encore sablonneuses et dénudées en 2016 après l'intervention sont déjà devenues naturellement vertes quelques années plus tard, sans intervention humaine.
11/36 Petite pause au bord de l'Ems
11/36 Petite pause au bord de l'Ems
Nous avons atteint une plage de sable sur la rive sud de l'Ems et avons utilisé un pont pour piétons et cyclistes pour revenir sur la rive nord, puis nous avons continué à marcher le long de la rivière avant de bifurquer pour atteindre notre premier lieu de pause dans une prairie du village. Nous étions à peine assis que les cyclistes nus sont arrivés : un timing parfait ! Des véhicules passaient, les gens à l'intérieur étaient visiblement contents de nous voir et nous rendaient notre salut en nous faisant signe.
12/36 Repos commun des cyclistes et des randonneurs
12/36 Repos commun des cyclistes et des randonneurs 13/36 La pluie se calme 14/36 Traversée de l'Ems
Angela et Jochen ont fixé leurs vélos au mât d'un panneau de signalisation et ont poursuivi leur nudité en marchant avec nous. Environ 500 m avant la vieille ville de Te‍lgte, nous avons atteint un pont pour piétons et cyclistes sur l'Ems, nous sommes passés du côté sud et avons profité d'une légère pluie rafraîchissante pour la peau. J'avais enveloppé les objets qui devaient rester secs dans un sac poubelle, une casquette gardait les verres de lunettes au sec. En marchant pieds nus, même les chaussures que je n'avais pas emportées ne pouvaient pas être mouillées :-))
Peu après, le soleil est revenu. Nous avons pris notre temps, profitant à nouveau de chaque ombre pour attendre que tout le monde soit réuni. Pour continuer à avancer tranquillement, j'ai laissé de côté une boucle vers un lac de baignade près d'un camping. Au lieu de cela, nous avons tout de suite rejoint la rive nord à l'aide d'escaliers et d'un chemin piétonnier sur le pont qui enjambe la B64 à cet endroit, puis nous avons longé l'Ems en direction de Einen.
En face du camping, nous avons fait la prochaine pause baignade, Angela et Jochen ont récupéré leurs vélos. Uwe a pu essayer ce qu'il ressentait en pédalant nu. Je lui ai ensuite demandé s'il pouvait encore s'imaginer pédaler habillé. Il a clairement répondu par la négative :-))
15/36 Rencontre
15/36 Rencontre 16/36 Dossier unique 17/36 Pause natation
Angela et Jochen ont pédalé devant, nous avons suivi en marchant. Nous nous sommes retrouvés sur la plage de sable suivante. Des escaliers pour bateaux nous ont facilité l'accès. Ces escaliers, ainsi qu'une autre paire d'escaliers pour bateaux un peu plus en amont, servent aux pagayeurs à contourner un rapide avec de nombreux gros cailloux et un niveau d'eau bas. C'est ici que nous avons pris une photo de groupe.
Pour les personnes qui souhaitent découvrir la randonnée nue pieds nus, cette randonnée est idéale, car les chemins sont très adaptés aux pieds nus. Deux courts passages caillouteux au niveau des deux ponts pour les piétons et les cyclistes peuvent généralement être évités sur l'herbe au bord ou être utilisés en marchant lentement pour une réflexologie plantaire élargie. De nombreuses possibilités de baignade augmentent encore le plaisir. Ceux qui se regroupent, voyagent avec deux véhicules et en laissent un à l'aire de repos dans le Bauerschaft peuvent même se promener "sans rien" : Bien sûr, sans vêtements, pieds nus, sans sac à dos, sac ou autre - uniquement avec la clé du véhicule. Il ne manque plus qu'un accès aux véhicules avec une empreinte digitale au lieu d'une clé :-))
18/36 Rencontre dans le sable
18/36 Rencontre dans le sable 19/36 Sur les rives de l'Ems 20/36 Peinture de l'Ems à Te‍lgte 21/36 Indication sur l'affiche « Sculpture dans la nature : endless »
Comme à l'accoutumée, les rencontres ont toutes été amicales, les gens manifestant régulièrement leur joie face à notre façon naturelle de marcher. Un groupe de cyclistes habillés se frayait justement un chemin à travers un passage sablonneux qui nécessitait de descendre de vélo et de pousser. Nous avons engagé la conversation. L'un d'eux s'est amusé à nous demander si nous avions perdu nos vêtements. Nous avons répondu en expliquant que nous étions passés à Te‍lgte devant une boîte de collecte de vêtements usagés et que nous avions décidé spontanément de donner nos vêtements à ceux qui en avaient (plus) besoin. - Rainer

18: L'étiage du ruisseau, le loup et les chevaux sauvages [31.08.22]

Une couverture nuageuse fermée et un vent léger, avec une température d'environ 17°C, ont incité certains cyclistes à partir partiellement vêtus afin de se réchauffer. Il n'a pas fallu longtemps avant que le soleil ne réchauffe tout le monde.
Les randonneurs ont traversé une petite partie de la forêt, ont atteint le village appelé "Bauerschaft" et ont ensuite traversé une route de construction sur laquelle des matériaux sont transportés pour la construction de la B67n autour de Merfeld. Plus tard, une voiture de police est venue à notre rencontre ; nous nous sommes écartés. Le conducteur m'a rendu mon salut et a poursuivi sa route. Après quelques kilomètres, nous avons eu l'occasion de nous rafraîchir les pieds dans le ruisseau assez frais de Kannebrooksbach, dont le niveau d'eau était très bas. Après presque 7 km, nous avons atteint l'aire de pause, certains préférant un banc à l'ombre à une centaine de mètres de là. Peu après, les cyclistes nus sont arrivés : une fois de plus, le timing était parfait !
22/36 Rafraîchissement
22/36 Rafraîchissement 23/36 Un garage au milieu d'une prairie 24/36 Les cyclistes arrivent 25/36 Les cyclistes veulent aussi faire une pause
Une voiture s'est arrêtée près des nus qui étaient restés sur la banquette. Le conducteur, un chasseur, en est descendu pour engager une conversation détendue et informer que les chevaux sauvages étaient juste à côté de la clôture et donc faciles à observer de près. Certains d'entre nous en ont profité pour écourter la pause et profiter de cette opportunité.
26/36 En route vers les chevaux sauvages
26/36 En route vers les chevaux sauvages 27/36 Oui, où sont-ils ? 28/36 Le regard sur le troupeau 29/36 Même tout près 30/36 Et pas si sauvage que ça
Devant la clôture, interrompue à cet endroit par un portail pivotant, nous avons remarqué qu'une large bande était dégagée devant. Nous avons ainsi eu l'occasion de faire une observation unique depuis l'extérieur du site.
Deux cyclistes de la région nous ont informés que la présence d'un loup sur le site avait entraîné la mise en place d'une clôture électrique : Les chevaux sont des animaux qui fuient et qui, s'ils étaient pris de panique, contourneraient des clôtures normales. Cette mesure est prise pour protéger les chevaux sauvages et pour éviter les accidents dus à la panique d'un troupeau d'environ 400 animaux qui s'est échappé. La proximité actuelle avec les chevaux sauvages depuis l'extérieur du site ne sera alors plus possible.  Reportage video de la WDR sur la clôture électrique de protection contre les loups (DE) Merci à Bernd pour le lien
31/36 Panorama du cheval sauvage
31/36 Panorama du cheval sauvage 32/36 Une plantation de chanvre
Nous avons à nouveau atteint le ruisseau Kannebrooksbach, plus en amont. Quatre d'entre nous ont profité de l'occasion pour traverser le ruisseau à gué sur environ 800 mètres et franchir une marche : Friedhelm et Mic avaient auparavant débroussaillé l'accès envahi par la végétation. Dans le ruisseau, des pierres dans le lit à gauche et un buisson aux branches épaisses qui a poussé sur presque tout le ruisseau à droite nous ont incités à trouver des solutions créatives.
33/36 Après la pause
33/36 Après la pause 34/36 Après la pause, cyclistes et randonneurs se séparent à nouveau 35/36 Le ruisseau Kannebrooksbach est envahi par la végétation 36/36 Réfléchir à un parcours alternatif
Les marches dans le ruisseau deviennent de plus en plus hautes en aval, car le Münsterland, soi-disant si plat, ne l'est finalement pas tant que ça. Le Kannebrooksbach fait partie d'un système de ruisseaux qui s'écoulent les uns dans les autres et dont les eaux se déversent dans le lac de retenue de Halten. Un affluent sans nom d'environ 1 km du Kannebrooksbach était asséché et le niveau d'eau dans le Kannebrooksbach était anormalement bas. L'absence de pluie depuis des mois produit ici aussi ses effets.
Nous avons rejoint les autres randonneurs nus. La partenaire d'un autre randonneur nous a de nouveau accompagnés habillés. Elle s'est bien amusée dans notre groupe. Les derniers kilomètres, nous avons profité de chemins sablonneux avec des cônes, en partie également pieds nus, dans le but d'élargir la réflexologie plantaire. - Rainer

 

Liste des rapports avec possibilité de recherche, de tri et de sélection (lien)