24: Écluses supérieures et inférieures [28.07.22]

Le 24 juillet, nous devions découvrir pour la première fois dans la zone centrale de la Suisse saxonne des formations de grès et des chemins sablonneux, pour lesquels la Suisse saxonne est si connue et appréciée. De Saupsdorf-Räumicht, nous sommes descendus dans la vallée de la Kirnitz et avons atteint immédiatement un parking de randonnée.
Plus de 30 personnes se sont lancées sur leur chemin naturiste - un peu en montée sur la route, puis à gauche sur un chemin forestier parallèle à la route, un pont pour revenir à la route, puis à gauche pour la première vraie montée.
1/41 Avec ou sans vêtements : On profite de la vue
1/41 Avec ou sans vêtements 2/41 Avec ou sans vêtements : On profite de la vue 3/41 Avec ou sans vêtements : On profite de la vue 4/41 Avec ou sans vêtements : On profite de la vue
Une cohabitation amicale et naturelle entre personnes nues et habillées se produisait régulièrement. Les vues montraient, outre d'impressionnantes formations de grès, de nombreux conifères morts. Dans la zone centrale, les chemins sont maintenus libres, tandis que la nature est délibérément laissée à elle-même. Nous pouvons ainsi observer d'année en année comment la flore se développe sans intervention humaine.
Nous sommes ensuite descendus dans la vallée supérieure de la Kirnitzsch et avons suivi la route de la Kirnitzschtal. Celle-ci était autrefois utilisée comme route goudronnée vers un village qui n'existe plus aujourd'hui. Nous avons trouvé un reste d'asphalte, mais sinon, il n'y avait plus que la base en gravier. De nombreux cyclistes sont venus à notre rencontre et nous ont rendu notre salut. Nous avons fait une pause déjeuner à l'écluse inférieure. Un accès facile à la Kirnitzsch nous a permis de nous rafraîchir.
5/41 Conversation dans la forêt
5/41 Conversation dans la forêt 6/41 Le chemin descend 7/41 Certains plafonds doivent être soutenus
Certains plafonds doivent être étayésLes écluses supérieure et inférieure existent depuis des siècles. Elles ont probablement été construites peu avant ou peu après 1600 et ont été rénovées au 20e siècle en tant que monuments. L'objectif était d'évacuer les arbres abattus en vidant l'eau accumulée. Un panneau d'affichage montre des photos en noir et blanc de tels préparatifs et transports par voie d'eau et explique les détails. Ensuite, 28.000 m3 endigué à cet effet sur 750 m de long et 32 m de large et vidé en peu de temps.
8/41 Pause déjeuner à l'écluse inférieure
8/41 Pause déjeuner à l'écluse inférieure 9/41 Pause déjeuner à l'écluse inférieure 10/41 Pause déjeuner à l'écluse inférieure 11/41 Pause déjeuner à l'écluse inférieure 12/41 Pause déjeuner à l'écluse inférieure
Peu après, nous avons atteint la prochaine montée, à nouveau adaptée aux pieds nus, pour reprendre peu après une piste cyclable en gravier. Sur des sentiers étroits, nous avons ensuite atteint deux points de vue en alternant montées et descentes, puis nous sommes descendus d'abord dans la forêt, puis sur un sentier très vert, ressemblant en partie à un chemin de prairie, jusqu'à la route de la vallée de la Kirnitz, que nous avons suivie un peu en arrière jusqu'à un pont sur un ruisseau affluent qui était déjà à sec. Une fois de plus, l'année est beaucoup trop sèche, la pluie manque !
Sur un lieu de baignade dont l'accès est raide et glissant, ce qui n'a incité que certains d'entre nous à y descendre, deux jeunes femmes s'étaient déshabillées pour se rafraîchir dans l'eau. C'est ainsi qu'est né un partage nu dans la Kirnitzsch. En haut, des cyclistes et des randonneurs nous ont rendu notre salut. Après le bain, les deux jeunes femmes se sont rhabillées : Apparemment, notre exemple de randonnée nue ne les avait pas (encore) incitées à essayer elles-mêmes.
13/41 Deux jeunes femmes prennent un bain aussi
13/41 Deux jeunes femmes prennent un bain aussi 14/41 Deux jeunes femmes prennent un bain aussi 15/41 Dans le vert
Le retour au parking s'est d'abord fait en remontant le long du ruisseau asséché, sur une piste de gravier qui s'est transformée en une piste de plus en plus envahie par la végétation. Nous avons réussi à passer de justesse, sans avoir besoin d'une machette qui n'existait de toute façon pas :-)
Peu après, nous avons rejoint la piste de terre que nous avions empruntée à l'aller, nous l'avons suivie sur quelques mètres, puis nous avons bifurqué pour descendre directement au parking. Là, l'aventure reprenait ses droits : beaucoup de verdure, de temps en temps des lianes épineuses qu'il fallait reconnaître et surmonter, des arbres tombés que nous contournions tantôt, tantôt que nous escaladions ou sous lesquels nous rampions. Juste avant le parking, nous avons atteint un passage peu profond dans le Saupsdorfer Bach. Allongés dans le ruisseau sur une surface sablonneuse, nous avons pu nous débarrasser de la sueur encore présente. Un bon rafraîchissement avant de s'habiller ! - Rapport et Photos: Rainer

25: Le feu de forêt est proche [28.07.22]

Le 25 juillet, nous avons voulu visiter les Schrammsteine et le Falkenstein. Avec des températures allant jusqu'à 35°C, 4 femmes et 26 hommes ont bien transpiré. Il était prévu de parcourir 9,1 km et 517 mètres de dénivelé pour la variante facile et 10,0 km et 621 mètres de dénivelé pour la variante un peu plus proche de la nature. Nous n'avons pas pu nous garer au parking prévu de Zahnsgrund en raison de travaux forestiers, de troncs d'arbres entreposés et d'un sol bouleversé, et nous avons continué jusqu'au parking de randonnée près d'Ostrau. C'est ainsi que des kilomètres de route et des mètres de dénivelé supplémentaires se sont ajoutés.
16/41 Montée vers les Schrammsteinen
16/41 Montée vers les Schrammsteinen 17/41 Montée vers les Schrammsteinen 18/41 À la porte de Schramm
Après une descente caillouteuse jusqu'au Zahnsgrund, le plaisir des pieds nus a commencé : tout d'abord une montée entre des pierres de grès et beaucoup de végétation verte jusqu'au Elbleitenweg, où nous avons rencontré de nombreuses personnes habillées. Certains ont montré de l'intérêt pour notre mode de vie naturiste, des discussions ont eu lieu à ce sujet - peut-être un début pour l'une ou l'autre personne d'essayer elle-même une fois.
Peu après, nous sommes arrivés à la Schrammtor. C'est ici que la photo de groupe du jour a été prise. Ensuite, il fallait faire le premier choix entre une variante facile et une variante un peu plus exigeante : Nous sommes partis à neuf sur un chemin forestier avec peu de montées/descentes directement vers le début du Wildschützensteig, les autres ont emprunté un sentier entre les grès.
Au début du Wildschützensteig, nous étions à nouveau réunis et avons entamé la montée vers le Schrammsteinaussicht. Depuis le XIXe siècle, la Suisse saxonne dispose d'escaliers et d'échelles qui permettent aux non-grimpeurs de découvrir ce paysage impressionnant. Mon impression est toujours celle d'un décor de théâtre praticable : Derrière le prochain virage, la prochaine scène commence.
18/41 Schrammsteine avec Lim
18/41 Schrammsteine avec Lim
19/41 Regard vers la Bohème - L'incendie de forêt est proche
19/41 Regard vers la Bohème - L'incendie de forêt est proche 20/41 Regard vers la Bohème - L'incendie de forêt est proche 21/41 Sentier pieds nus 22/41 Breite Kluft 23/41 Architecture naturelle
Alors que les bâtons de randonnée peuvent souvent être utiles, ils sont ici gênants pour une telle ascension : il est important d'avoir les deux mains libres et de respecter la règle des trois points : Lors d'un mouvement, soit les deux pieds ont un appui sûr, une main a un appui ferme et l'autre main se déplace jusqu'à ce qu'elle ait aussi un appui ferme, soit les deux mains ont un appui ferme, un pied a un appui ferme et l'autre pied se déplace jusqu'à ce qu'il ait aussi un appui ferme.
Sur le Schrammsteinaussicht et plus tard sur le Breite-Kluft-Aussicht, nous avons vu l'ampleur effrayante de l'incendie de forêt en Suisse tchèque. Il était difficile de garder humour et confiance. Sur le chemin du Falkenstein, certains d'entre nous ont utilisé leurs dernières réserves d'eau potable. Nous avons donc décidé de couper court et de renoncer à la visite du Falkenstein.
Pour la pause, nous nous sommes rendus au moulin Neumann. Les gérants venaient apparemment d'investir : L'"architecture naturelle" impressionnante d'une nouvelle installation de toilettes a attiré l'attention de manière positive. Auparavant, nous avons pu nous déshabiller entre la route et le parking de randonnée et nous rafraîchir dans la Kirnitzsch. A peine étions-nous assis dans le Biergarten, rafraîchis, que des camions de pompiers sont arrivés avec gyrophares et tatouages, les pompiers ont commencé à bloquer le parking des randonneurs. Nous avons rangé nos véhicules. Comme d'habitude, les gérants du moulin de Neumann proposaient de bons plats et boissons avec un service attentif et rapide. L'incendie de forêt en République tchèque était à peine à 4 km de là. Après plusieurs inondations - la dernière en 2021 - il y a maintenant un risque d'incendie ! Nos pensées vont vers les gens d'ici. - Bericht und Fotos: Rainer
24/41 Architecture naturelle
24/41 Architecture naturelle 25/41 Architecture naturelle 26/41 Architecture naturelle 27/41 Architecture naturelle

26: Sur les Pfaffensteine [28.07.22]

Le 26 juillet, nous avons marché de Pfaffendorf, au-dessus de Königstein, jusqu'au Pfaffenstein et ensuite jusqu'au Quirl. Lors du trajet de Sebnitz à Bad Schandau, des panaches de fumée de plusieurs incendies étaient visibles dans les forêts des montagnes au sud de l'Elbe. Les hélicoptères qui, l'un après l'autre, déversaient de l'eau de l'Elbe pour l'éteindre à cet endroit, semblaient minuscules de loin par rapport à l'étendue des zones fumantes.
28/41 Un triste tableau : Incendies de forêt
28/41 Un triste tableau : Incendies de forêt
Nous sommes partis de Bad Schandau, d'abord en direction de Königstein, puis en montant vers Pfaffendorf. Nous sommes partis habillés dans le village et nous nous sommes déshabillés à la sortie du village. Une femme avec des enfants nous a accueillis. Un couple nous a expliqué qu'ils "faisaient du naturisme" sur la Baltique, mais qu'ils étaient agréablement surpris de voir qu'il était possible de se promener nus ici. Nous leur avons expliqué que c'était possible et courant dans la nature partout en Allemagne. Ils ont volontiers noté notre conseil d'information à ce sujet  „nackt minus wandern punkt de“ für nackt-wandern.de.
29/41 Vue sur Pfaffendorf
29/41 Vue sur Pfaffendorf 30/41 Position de yoga sur le grès 31/41 Position de yoga sur le grès 32/41 Une pause en douceur
La randonnée n'a même pas fait 9 km et la température n'est plus que de 24 à 27°C. Malgré la température de l'air plus basse, nous avons transpiré abondamment. La montée assez raide de la variante facile en a donné amplement l'occasion. Le chemin menant au premier point de vue a offert de nombreuses occasions de chercher et de trouver un bon chemin entre les grès. Nous y avons retrouvé ceux qui avaient choisi la variante plus difficile. Ensemble, nous avons marché de panorama en panorama sur les hauteurs. Au restaurant situé en haut, des clients nous ont aperçus dans le Biergarten et nous ont fait signe de la main. Nous leur avons volontiers rendu leur salut amical.
33/41 Habillé ou non : sur les Pfaffensteine, tout le monde est égal
33/41 Habillé ou non 34/41 Vue 35/41 Vue panoramique 36/41 La Barberine est une pierre particulièrement voyante 37/41 Elle a dû être stabilisée par des mesures de sauvetage 38/41 L'histoire e la Barberine
Après la descente, nous avons continué en direction du Quirl, un autre grès. À peine étions-nous en haut d'une vue que Martin a découvert sur un site web de la chaîne de télévision et de radio régionale MDR qu'un décret avait interdit l'accès à toutes les forêts de la région. Bien entendu, nous sommes immédiatement retournés à nos véhicules par le chemin le plus court.
39/41 Chercher des chemins
39/41 Chercher des chemins 40/41 Groupe de randonnée 41/41 Habillés ou non - en route ensemble
Sans avoir le temps de faire des recherches approfondies, j'ai vu sur un ou deux m2 environ quatre mégots de cigarettes éteints. Ils n'ont apparemment pas déclenché d'incendie, mais le fait que des personnes aient l'idée irresponsable d'allumer un feu dans une forêt desséchée est non seulement triste, mais donne également lieu à un début de soupçon d'incendie criminel par négligence.
La dernière randonnée prévue le 27 juillet est annulée en raison de l'interdiction d'accès. En revanche, les dates des  Journées naturistes de Saxe (SNT) 2023 sont déjà fixées (24.07.-01.08.23) et notre hébergement est réservé. Nous nous réjouissons de revoir des amis d'Allemagne et de l'étranger ainsi que d'accueillir et de faire connaissance avec des personnes qui viennent de nous rejoindre. - Rapport et Photos: Rainer
Supplément (28.): Depuis la route entre Sebnitz et Bad Schandau, des feux couvants étaient visibles depuis plusieurs jours au sud de l'Elbe. Des hélicoptères équipés de réservoirs d'eau formaient une grande chaîne de seaux, mais semblaient minuscules par rapport à la surface des incendies couvants. Martin apprit par les informations :

En République tchèque, 1/8 du parc naturel est désormais en feu. Les pompiers ont posé 8 km de conduites d'eau sur ce terrain difficile d'accès et pompent 6.000 litres d'eau par minute dans l'Elbe pour alimenter les zones en feu. Des avions de lutte contre les incendies arrivent d'Italie pour apporter leur aide.

La police allemande a fait sortir une trentaine de jeunes de la zone interdite. Ils étaient équipés d'un système de sonorisation, d'un générateur électrique fonctionnant à l'essence et d'un bidon plein d'essence. - Rainer

 

Liste des rapports avec possibilité de recherche, de tri et de sélection (lien)