Grèce : sportifs et idéaux

En Grèce, on peut dater l'époque de la guerre de Troie aux alentours de 1200 avant J-C, sur laquelle Homère a ensuite écrit ses célèbres poèmes "Iliade" et "Odyssée" aux alentours de 800 avant J-C. La scène du naufrage d'Ulysse, qui a dérivé dans l'eau pendant 20 jours et a perdu tous ses vêtements avant de pouvoir se sauver sur une île, contient les mots suivants :
« Ainsi parla-t-il et sortit-il des fourrés, le noble Ulysse,
de son poing puissant, s'arracha à l'épais taillis
. une branche feuillue pour couvrir la nudité de l'homme. »
Et à Nausicaa, la jeune fille présente, il a adressé la requête suivante :
« Montre-moi la ville et donne-moi une pièce pour me couvrir
. un drap, par exemple. » [Homer, Odyssee, 6. Gesang]
Ulysse, avec une branche feuillue devant sa nudité, s'avance vers la jeune Nausicaa et lui demande de l'aide. Image tirée de l'édition de luxe de l'Iliade de 1882 : dessin au fusain de Friedrich Preller le Jeune (domaine public)
1/8 Ulysse et Nausicaa
A l'époque de la guerre de Troie, il était donc depuis longtemps indécent de se montrer nu à des personnes du sexe opposé, et cette tendance s'est encore renforcée à l'époque classique grecque. La pratique connue de la gymnastique et du sport nus était limitée aux hommes (et aux spectateurs masculins lors des compétitions).
Lutteurs grecs, 2e siècle av. J.-C., Wikimedia Commons (domaine public), source : collection Walter
2/8 Lutte grecque, domaine public, Quelle:  Walter's Art Museum Statue en bronze d'un athlète à Olympie. Wikimedia, Lizenz Creative Commons Amphore grecque représentant un combat de lutte. Wikimedia, licence Creative Commons
Le poète Aristophane (env. 440-380 av. J.-C.) nous apprend que l'on prenait grand soin de maintenir la nudité commune entre hommes dans un cadre pudique lors de la pratique sportive : "Sur le terrain de gymnastique, lorsque les garçons s'asseyaient sur le sable pour se reposer, ils devaient étendre les jambes pour ne rien laisser voir du dehors, avec pudeur. Et s'ils se levaient, ils effaçaient immédiatement la trace dans le sable, afin d'éviter que l'image de la nature n'excite des désirs impurs chez les amoureux. Aussi aucun garçon ne s'oignait-il jamais au-dessus du nombril. C'est pourquoi un duvet frisé fleurissait autour du pubis comme une pêche en train de mûrir". [Du‍err, Nacktheit und Scham, p. 17]
Outre la nudité dans le sport, la nudité du bas-ventre était également répandue chez les guerriers, une pratique qui remonte probablement aux Doriens et qui s'est longtemps maintenue, notamment à Sparte, mais aussi à Corinthe - parfois jusqu'à l'époque d'Alexandre le Grand (env. 330 av. J.-C.).
Achilles Patroklos
1/8 Achille relie Patrocle
La représentation contient des symboliques : 1. le sexe visible de Patrocle est une indication que l'épée d'Hector le touchera à cet endroit précis lors de la bataille qui suivra et qu'il mourra sous l'épée d'Hector. 2) La flèche à côté de Patrocle symbolise l'annonce qu'Achille sera touché au talon par une flèche dirigée par Apollon et qu'il en mourra. 3. la visibilité des dents de Patrocle, qui suggère sa douleur. Et des bizarreries inexpliquées : Patrocle, qui vient de sortir de la bataille, est sans casque et les épaulettes de sa cuirasse sont ouvertes, alors qu'Achille est casqué et en armure, bien qu'il n'ait pas participé à la bataille.
Cratère de bronze de Vix - soldats grecs en armure. Wikimedia, licence Creative Commons
4/8 Soldats grecs en armure Scène de combat de deux guerriers avec lance, casque et bouclier - mais sans armure. En cas de combat rapproché, l'épée courte est encore dans le fourreau. Wikimedia, licence Creative Commons La phalange est une tactique de combat développée par les Grecs. Les soldats se battent étroitement côte à côte, et chaque guerrier protège également son voisin avec le bouclier qu'il tient dans sa main gauche, tandis qu'il manie l'arme avec sa main droite. Wikimedia, licence Creative Commons
Jusqu'à l'époque de la Grèce classique, on n'était manifestement pas très regardant sur les parties du corps qui devaient être couvertes par des vêtements. Pour les soldats, il s'agissait principalement de protéger les parties du corps les plus vulnérables au combat avec une armure de bronze : La tête, le torse et les tibias. Le bas du corps, comme le montre le cratère de bronze de  Vix, restait souvent nu et sans protection, avec l'avantage de pouvoir se mouvoir le plus librement possible et d'en tirer peut-être une supériorité décisive sur un adversaire.

Grèce : résumé

"Homère nous montre les échos de la période précédente et la transition vers la Grèce proprement dite. Chez l'homme, le costume, le pagne et le manteau, le sens de la pudeur et la coutume de déshabiller les ennemis tombés au combat subsistent encore de la culture mycénienne-orientale. La femme, en revanche, se couvre désormais systématiquement la poitrine".
"L'art géométrique, quant à lui, se répercute, à l'époque de l'archaïsme grec, là où il a principalement régné : Dans la mère patrie. Ici, la figure dévêtue, qui sert à incarner les jeunes gens et les hommes, les mortels et les dieux, est devenue le type dominant. Elle est bientôt érigée en modèle idéal de l'homme...".
"Cette image globale change d'autant plus que l'on progresse vers l'est depuis le continent... Dans l'Orient grec, ... la timidité mycénienne orientale à l'égard du dévoilement persiste".
Citations de W.A. Meyer, Nacktheit und Entblößung, Teubner 1906
L'analyse des sources montre donc que la période de l'humanité où la nudité quotidienne était pratiquée a pris fin avec l'époque de l'Ancien Empire égyptien chez les peuples pour lesquels il existe une documentation historique. Toutes les formes ultérieures de nudité communautaire ne concernaient plus que des groupes (sportifs, baigneurs, guerriers,...) ou des occasions particulières (fêtes, processions,...) au sein des sociétés, c'est le cas en Grèce, dans l'Empire romain, au Moyen Âge et à l'époque moderne. Les exceptions sont assurées pour les peuples indigènes (Amérique, Afrique, mers du Sud, etc.), que nous considérons encore, alors que nous ne connaissons que des fragments de l'histoire de nombreuses autres cultures (Inde, Chine, Aztèques, Incas,...). Nous avons intégré des épisodes connus du monde entier dans le Tableau chronologique.

Continuer: